BAAAABY DRIVER, petite escapade?

Attachez vos ceintures, on m’a dit que c’était LE film le plus cool de l’année, Baby driver, est sorti il y a une éternité, bon cela ne fait qu’un mois, mais il n’y avait aucun cinéma aux alentours où je me trouvais, et du coup fallait que je rattrapes le temps perdu.
Toujours d’actualité, cette réalisation d’Edgar Wright a fait plaisir à mes tympans , de la bonne musique tout le long , et de l’action à en suffoquer, aucune scène ne m’a échappé, on ne peut absolument pas regarder ailleurs quand au premier abord on le voit BABYYYYY ( Alias Ansel Elgort, charmant jeune homme)  le driver, chauffeur, ou comme vous voulez, embarque des braqueurs de banques, course poursuite dès le début, on nous en met plein la vue, il n’y a pas de doute, Baby est le meilleur dans sa partie, ce qui le rend aussi impartial vis à vis de ses – soit disons – collègues et plus spécial qu’un autre : c’est sa musique, il vit avec, jour et nuit, braquage après l’autre, il conduit avec, se fait poursuivre par la police mais les titres de Queen à Sky Ferreira ne le quittent jamais. c’est un virtuose de la course, et surtout un musicien qui se font des plus rares.

000e39e0-800

L’énergie qui rejaillit de Baby est incommensurable, à moitié sourd, après un accident il y a des années et la mort de sa pauvre mère, talentueuse, d’une voix splendide, nous donne l’impression qu’il est indestructible, que pour lui, l’impossible n’existe pas, il peut prendre le volant, conduire, et ne jamais, absolument Never …se faire rattraper. C’est le Boss. Mais il se rend compte de sa force assez tard, après avoir fait parti du gros Gang de la ville, après avoir dépouiller mille et unes personnes de leurs argent, et d’en avoir tuer d’autres. Il aura du sang sur les mains, mais la douleur et l’angoisse qui le tressaillent après chaque mort lui laisse une amertume indéfinissable en son fort intérieur.

static1.squarespace

Comme tout bon film, il rencontre l’amour…évidemment.
Cette jeune fille ( Alias Lily James)  sans le vouloir, lui donne envie de changer, de revenir au droit chemin, d’être quelqu’un de bien, de partir de l’endroit où rien d’honnête n’est d’actualité, un petit Road rip en amoureux sur la route 20 ( LE REVE LITERALLY) , après un coup de foudre hallucinant, incroyable, sa voix, sa peau, ses yeux, il l’entend, et toute sa conscience s’envole loin tout au dessus des notes qui voltigent .

Mais dur dur la vie de Gangster.. il aura peur, il aura mal, il tuera, il n’entendra plus, mais sa musique ne le quittera pas.

Pour une fois, la fin d’un film ne m’a pas déçu, on comprend vite que malgré tous les efforts que l’on puisse faire, on échappe jamais au Karma?!
Qu’il faut toujours assumer ses responsabilités.
J’ai volé, je vais en taule.
Et je ressors de prison, une chérie sous le bras, et une belle Royce à enjamber.

CASTING DE FOU.
A regarder, et à pleinement jouir de la bonne musique, et du surprenant Jamie Foxx.

-Malak Chami (guest writer)

 

Leave a Reply