Nocturnal Animals..Entre lucidité et illusion.

Comment ne pas succomber à ce déferlement d’émotions que suscite notre attention  sur cette réalisation tout à fait prodigieuse, Tom Ford, entre être styliste et scénariste? notre choix et déjà fait, mais le Designer n’a pas céder,et a tenu à réaliser ce thriller : Nocturnal Animals.
Cinématographiquement, ce qui m’a subjuguer tout au plus était le vacillement de la caméra autour des protagonistes et de l’absorption dans les émotions qui font que l’atmosphère de chaque scène est un sens différent. ne parlons pas aussi, des lumières, des reflets, de l’allégorie des paysages, et de la mystification que représente toute l’histoire.

image.jpg

Riche galeriste (Amy Adams, magnifique personne en passant) en pleine crise existentielle, dont la vision des choses est déjà troublée avant même de recevoir le nouveau manuscrit de son ex-mari (Jake Gyllenhall, tout aussi majestueusement beau ) .La protagoniste, insomniaque, se lance dans une aventure, à travers les pages, elle se remet en question , se complexe l’esprit , se noie dans des flash-back qui lui rappellent l’absurdité de l’abandon de son mari pour un autre, disant qu’il était ‘trop faible’ et aussi mélancolique que cela puisse être confirmer ce dire : « Je suis trop cynique pour être artiste », abandonnant son mari , sa passion, et devenant ce qu’elle a renié pendant toute son existence comme sa mère, ou du moins, républicaine, matérialiste, homophobe et raciste, essayant toujours d’échapper à ce destin qu’elle considère comme n’étant pas le sien . 

14855_1.jpg

On rebondit entre ce qui est illusion et réalité, ce qui est imagination et vrai vie,sauf que cette histoire permet à Susan (Amy Adams) de se rendre compte qu’elle a fait les mauvais choix.
L’illusion nous expose à un drame, qui nuit à cette petite famille, traversant le Texas en pleine nuit, se retrouvant dans de beaux draps, face à des ivrognes qui leurs bloquent la route. La jeune fille , aussi prétentieuse soit elle leur donna un doigt d’honneur (comme quoi il fallait bien que je le précise) cela les mit en rogne. Complètement soûls, les voyous décidèrent soit disant « de les remettre à leur place », en leurs faisant peur, mais les choses ne se sont pas dérouler comme prévu . Ils kidnappèrent les deux femmes, épouses et adolescente, et laissèrent le mari (Jake Gyllenhall) , seul , ne sachant que faire, regrettant tout au long du métrage de ne pas avoir lever le petit doigt. Je ne spoilerai pas tout le film, mais l’image sensuelle, des deux corps nues de la femme et de la fille, avec leurs chevelures rousses, mortes après avoir souffert tout une nuit. L’une enlaçant l’autre sur un canapé rouge , en plein désert Texan, est d’une tristesse mais aussi d’une beauté. Le mari , les yeux braqués sur les cadavres avec un sentiment de dégoût et d’effroi, alla trouver la police, et avec leur aide, et tout spécialement de leur chef qui arrive a la fin de sa vie, mourant. Ils essayèrent de retrouver les criminels. Tout un drame.

Nocturnal-Animals-Wannart-900x580.jpg

A travers les pages violentes, le romancier prouve à son ex-femme, qu’il n’est plus l’homme qu’elle avait épousé, faible et sans buts, non! il est devenu fort, conscient de ses objectifs.
Ce que j’ai conclu de ses 2 heures assise à côté de personnes tout aussi troublés que la protagoniste, et moi même , c’est que l’homme par fierté pouvait réagir d’une manière tout à fait cruelle , pour après le regretter.
Et que par prétention et égoïsme, on peut passer à côté de l’une des plus belles histoires, et laisser tomber des personnes qui tiennent énormément a nous, l’homme fait des mauvais choix, influencé par l’extérieur, qu’il considère plus important mais ne l’est malheureusement pas.

Concernant la fin , elle ne m’a pas plus, mais le film était sensationnel , et plus inspirant que jamais, comme quoi Tom Ford , ne sait pas que dessiner des croquis , mais écrire des scénarios aussi. Je vous laisse en juger par vous même, espérant vous avoir donner l’envie d’aller regarder ce petit chef d’oeuvre.

#SoMuchLove

-Malak Chami (guest writer)

Leave a Reply